Portrait inspirant – Beryl Bès

Beryl Bès
Experte Stratégie Crowdfunding – Financement Participatif chez BB-A Conseil

#Parcourspersonnel

Beryl a 47 ans, 3 enfants et aime le même homme depuis 25 ans. Sa philosophie : vivre l’instant présent. « Je crois qu’il y a une chose très précieuse dans la vie, c’est le lien. Le lien familial, l’amour, l’amitié. Ce sont des jardins que je cultive tous les jours car ils sont ma base. »

#Parcoursprofesionnel

« J’ai un parcours pro ultra classique », commence-t-elle. Après une école de commerce, Beryl a travaillé pendant 15 ans dans des compagnies d’assurance et des banques. « J’ai toujours aimé être sur le terrain, en contact avec des gens. » Et puis en 2009, elle a démissionné pour lancer BB-A Conseil, un accélérateur financier qu’elle continue aujourd’hui encore de diriger.

Pour autant, Beryl est loin d’avoir un engagement et une vision classique du monde de la finance. « Il y a 8 ans, je me suis engagée pour la place des femmes dans la finance et l’économie. Et puis, il y a 3 ans maintenant, j’ai eu un coup de foudre pour la finance participative. À ce moment-là, je me suis dit que donner du sens et de la valeur à l’argent, c’était l’avenir. »

Elle a donc écrit un livre, Le financement participatif : Un nouvel outil pour les entreprises, puis à créer MyAnnona, la première plateforme de crowdfunding destinée à l’entreprenariat féminin.

#Succès

Son plus grand succès : trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle. « C’est un travail de tous les jours et rien n’est jamais acquis. » D’autant que Beryl est une passionnée : « j’aime tellement ce que je fais que je n’ai pas l’impression de travailler ! Il y a tellement de choses à découvrir et ce n’est que le début ! Les perspectives et les nouveaux métiers qu’offre le numérique sont passionnants. »

Aujourd’hui, cet enthousiasme s’est transformé en formation, en accompagnement, en interventions dans des écoles et lors de conférences : « les femmes ne doivent plus être à l’écart des nouvelles technologies et de la FinTech. » Pour mener cette cause, le leitmotive de Beryl c’est « mon quotidien est mon moteur. »

#Echec

Aujourd’hui, sa plateforme MyAnnona n’a pas un modèle économique pérenne. « J’aurais aimé accéder à cette rentabilité mais ce n’est pas facile de trouver sa place dans un marché de niche. Pour autant, je ne baisse pas les bras ! »

#ConvictionNumérique

« J’ai commencé à prendre la parole et à défendre mes convictions sur les sujets du numérique et de la FinTech le jour où je suis allée faire une formation sur la blockchain à la Cuisine du Web. Le matin, nous étions 3 femmes, l’après-midi, j’étais la seule. À ce moment-là, je me suis dit que l’on allait reproduire les mêmes erreurs dans la finance. »
Depuis, Beryl prêche autant qu’elle le peut l’accessibilité des métiers du numérique et de la finance. « Ce sont des métiers hyper intéressants aux thématiques transverses : commercial, communication, développement. Les métiers que j’exerçais il y a 15 ans vont tous être modifiés par la FinTech, alors ne vous mettez pas de barrières ! »

Le message qu’elle souhaite faire passer aujourd’hui : « nous n’avons plus besoin de nous cacher derrière des mots techniques pour revendiquer notre expertise. Le numérique est accessible à tous et à partir du moment où l’on ne se laisse pas dominer, il ouvre de nouvelles portes et permet un meilleur équilibre de vie. »

Retrouvez d’autres portraits de femmes du numérique ici !

Appel à candidatures – Social Builder

Appel à Candidatures – Social Builder
Vous souhaitez devenir business developeuse dans le numérique ou monter votre start-up?

Postulez à Etincelles Booster :
La force de l’accélérateur de carrières Etincelles associé à une formation métier en IT/Startup Business DevelopmentCe programme est fait pour vous si :

  • vous êtes une femme demandeuse d’emploi
  • vous avez une forte appétence pour le numérique
  • vous voulez monter en compétences sur une fonction clé du numérique qui
  • s’articule en cohérence avec votre projet professionnel
  • vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement professionnel sur vos projets de création d’entreprise

Le programme est ouvert à toutes sans condition d’âge ni de diplôme.

Intéressée ? Inscrivez-vous sans tarder !
Je postule à Etincelles Booster Business Development ou parcours Startup à Lyon : début du programme en octobre 2017.

Pour plus d’infos, veuillez consulter notre site : http:// jeunesfemmesetnumerique.com/ etincelles-booster/
Pour s’inscrire, c’est par ici.

coverFB

Portrait inspirant – Clémence Durieux

Clémence Durieux
Fondatrice de Le Bon Gustave

#ParcoursPerso
Clémence est une grande passionnée. Née à Paris où elle a passé toute sa jeunesse, elle est arrivée à Lyon à l’âge de 20 ans, en intégrant l’emlyon : « J’ai eu un gros coup de cœur pour la ville car elle regroupe 3 éléments que j’apprécie tout particulièrement, à savoir la gastronomie, le vin, la montagne et notamment les trails. » Des plaisirs simples, qui lui permettent de s’évader et de s’épanouir pleinement. « Aujourd’hui, je suis très attachée à la ville de Lyon. »

#ParcoursPro
Son expérience professionnelle s’est construite durant ses études, puisqu’elle a, de suite après, lancé son entreprise.

« Ma première expérience s’est déroulée en Californie, dans le domaine du vin, où je faisais du développement commercial. J’étais en fait le bras droit du fondateur. » Suite à ce premier stage, le vin ne l’a plus quitté. « J’étais vraiment passionnée et après ce passage aux Etats-Unis, je me suis dit que c’était tout simplement ma vocation. »

Clémence a donc enchaîné les expériences, à Paris au service marketing de Dom Pérignon, puis en tant que consultante pour une entreprise française qui commercialisait du vin à Shanghai ou encore en Espagne.

Après ces escales à travers le monde, Clémence s’est lancée dans l’entrepreneuriat : « Je suis revenue assez frustrée de toutes ces expériences parce que je n’arrivais pas à trouver les bouteilles de vin que j’aimais. Comme pour beaucoup de personnes, mon téléphone accumulait des photos d’étiquettes de bouteille sans que je ne puisse rien en faire. » C’est comme cela que lui ait venu l’idée de Le Bon Gustave. « Nous sommes une sorte de conciergerie du vin. Vous vous connectez à notre application mobile ou sur notre site internet, vous nous envoyez une photo de l’étiquette de bouteille qui vous fait envie, et nous nous chargeons de la trouver puis de vous la faire livrer en 48h. » Aujourd’hui, Clémence gère une équipe de 4 personnes mais a déjà des projets plein la tête. « Fin 2017, nous prévoyons de faire une levée de fonds pour accélérer notre développement. »

#Succès
« Il y a deux choses dont je suis vraiment fière. La première c’est d’avoir été primée Early Marker par l’emlyon ». Ce prix est décerné par l’école à 5 étudiants diplômés aux parcours exceptionnels : « Ils m’ont récompensé pour mon parcours atypique dans l’univers du vin, je ne m’y attendais pas, ça m’a beaucoup touché. » Puis elle ajoute : « Pour moi, c’était aussi une belle façon de remercier mon entourage, qui m’a soutenu tout au long de mes études. »

Son deuxième succès est celui d’avoir lancé son entreprise : « ce n’est pas si facile de monter une entreprise, mais savoir que j’apporte du plaisir aux gens et qu’ils sont ravis de notre service, ça me rend vraiment heureuse. »

#Echec
« Je n’ai pas vraiment le souvenir d’un gros échec. C’est sûrement parce que j’ai l’ambition de transformer les échecs en réussite. » Elle nous cite alors une phrase de Winston Churchill : Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. « Ce qui est vraiment important dans cette phrase, c’est le mot enthousiasme. Je crois en l’apprentissage par l’échec. » En effet, Clémence nous explique qu’il y a eu, dans son parcours, des moments difficiles, mais que ce sont toutes ces étapes qui lui ont permis d’en arriver là où elle en est aujourd’hui. « C’est très enrichissant. »

#ConvictionNumérique
Lorsque l’on demande à Clémence les messages qu’elles souhaitent communiquer aux femmes qui hésitent à se lancer dans le numérique, elle répond complice : « j’ai plein de choses à leur dire ! ».  À commencer par le fait « qu’aujourd’hui, la moitié de la population mondiale est connectée, et ce n’est que le début. C’est une tendance forte qui va s’installer et s’ancrer dans nos sociétés. En un mot, c’est l’avenir. »

Elle nous explique également à quel point c’est un outil indispensable pour son entreprise : « nous travaillons via des ordinateurs et même si ce sont de vraies personnes qui sont derrière les écrans, c’est ce qui me permet de communiquer avec tout mon environnement, partout dans le monde. » C’est aussi devenu un rituel matinal : « mon premier réflexe le matin, c’est de regarder ce qui se passe dans le monde. »

Pour elle, il n’y a aucune raison pour que les femmes aient peur de se lancer dans le numérique : « nous sommes tout aussi apte que les hommes à utiliser et à maîtriser cet outil. »

portrait-ldigital-clemence-durieux